CATCH-UP TV : COMPLÉMENTARITÉ ET EFFICACITÉ

Internet, Les écrans, Netéconomie, TV privée, Vidéos internet 1 octobre, 2010

Source : Ifop

Ifop a réalisé une étude exclusive pour TF1 Publicité sur l’usage et l’efficacité publicitaire de la Catch-up TV :

Il en ressort que la Catch-up est un prolongement du lien entretenu avec la TV et ses programmes :

  • 84% des sondés motivant leur consommation de catch-up par l’envie de voir un programme manqué,
  • 68%juge que la publicité a une durée acceptable,
  • +7% c’est le gain sur l’image d’une marque, en terme de modernité (tout à fait d’accord) TV+Catch-up vs TV seule.

Conclusion, et pour cela merci à l’ingénue sincérité du panel, les “coupures pub” au son hystérique très, voire trop fréquentes sur un même programme ne sont pas prêtes à diminuer.

B. PREGENT

Tags: ,

VOD : un développement entravé par la pauvreté des catalogues

Internet, Vidéos internet 27 mai, 2008

Business - Grâce aux offres triple play des opérateurs, les revenus de la vidéo à la demande en France ont connu une croissance de 100 % en 2007. Mais ce chiffre masque une offre de contenus restreinte, basée sur des catalogues insuffisamment renouvelés.

Le Centre national de la cinématographie (CNC) a profité du festival de Cannes pour faire le point sur le développement de la vidéo à la demande en France. Son observatoire dédié à ce marché a recensé en février 2008, quarante-cinq plates-formes de VOD, accessibles depuis internet ou les services triple play de télévision par ADSL, mais aussi, c’est une nouveauté, depuis des baladeurs vidéo (Archos Content Portal) ou la console de jeux vidéo XBox.

Selon le baromètre GfK-NPA (dont le CNC reprend les données), ces plates-formes ont généré un chiffre d’affaires global de 29,2 millions d’euros, soit une augmentation de 100 % par rapport à 2006.

L’offre est très hétérogène avec des sites spécialisés dans certains contenus, comme Vodéo (documentaire) ou Gong (film d’animation), et d’autres plus complets combinant, films, séries, programmes jeunesse ou programmes pour adultes, comme CanalPlay ou Glowria.

La location de films génère 97,6 % des recettes de la VOD

La quasi-totalité (97,6 %) des recettes proviennent de contenus en location - en streaming ou en téléchargement temporaire. Et 85,2 % du volume des transactions payantes s’effectuent via la télévision sur IP, grâce aux offres triple play des fournisseurs d’accès sur internet ; ils génèrent un chiffre d’affaires de 23,8 millions d’euros.

Selon les données recueillies par l’observatoire (*) du CNC, 2 466 films étaient disponibles à la fin de décembre 2007. Une offre qui s’est étoffée à hauteur de 88 % en un an, avec plus de 1 150 nouveaux titres. Un peu moins de la moitié du catalogue proposé (44,5 %) est composé de films français ; suivent les films américains (37 %) et le cinéma européen (11,8 %).

Malgré cette apparente explosion, l’offre est très réduite : en décembre 2007, 55,6 % des titres (soit 1 372 films) n’étaient disponibles que sur une seule plate-forme. Ce qui signifie qu’un utilisateur, généralement client d’une seule plate-forme, voire de deux, se voit proposer un choix effectif restreint. Seuls 530 films sont disponibles sur deux services de VOD à la fois, 301 sur trois.

Des fonds de catalogues

Par ailleurs, le catalogue proposé n’est pas toujours de la première fraîcheur : seulement 15 % des films sont sortis en salle depuis moins de trois ans, et 5,2 % depuis moins de douze mois. Mais la tendance est à l’amélioration : en 2007, 40,7 % des films sortis en salles ont fait l’objet d’une offre en VOD, contre 31,7 % en 2006.

Dans ce contexte, il est donc évident que le secteur aurait tout à gagner d’une offre plus diversifiée et plus réactive, en adéquation avec les attentes des internautes. Mais les producteurs et la filière cinématographique restent arc-boutés sur leur position : ils veulent que la riposte graduée, pour lutter contre le piratage, soit instaurée avant qu’ils ne consentent à ouvrir complètement leurs catalogues. Et surtout à raccourcir le délai d’arrivée des films en VOD après leur sortie en salles.

(*) L’observatoire du CNC se concentre, pour ces statistiques, sur sept principales plates-formes : CanalPlay, TF1 Vision, VirginMega, France Télévisions, Arte VOD et Club-Internet.

Par Estelle Dumout, ZDNet France

Tags: , ,

Carrefour prêt à se lancer sur le marché de la VOD

Internet, Vidéos internet 21 avril, 2008

Deuxième acteur mondial de la grande distribution derrière l’américain Wal-Mart, le groupe français Carrefour préparerait le lancement d’un service de vidéo à la demande, qui verrait dans un premier temps le jour dans quatre pays européens, dont la France. Dévoilé vendredi par Christophe Geoffroy, responsable de la centrale d’achats non alimentaires du groupe, à l’occasion de la conférence PEVE Digital Entertainment 2008, ce futur service de VOD pourrait proposer films et contenus issus de la télévision, sur le mode de la location ou du téléchargement définitif avec sauvegarde.

Carrefour semble persuadé du potentiel commercial de cette nouvelle façon de consommer des vidéos. « Nous savons bien que les prévisions pour le marché de la VOD sont encore basses, mais nous sommes convaincus qu’il va se développer dans les prochaines années, et nous voulons proposer une solution légale à nos clients pour leur permettre de visionner les meilleurs contenus possibles », a expliqué vendredi Christophe Geoffroy, dont les propos sont rapportés par le Hollywood Reporter.

Le prix des contenus et les éventuelles contraintes techniques liées à l’utilisation d’un dispositif de gestion des droits numériques (DRM) n’ont pas encore été dévoilés. « Le service sera très simple d’utilisation », a toutefois promis le représentant de Carrefour. Wal-Mart, numéro un mondial de la grande distribution s’était pour sa part lancé sur le marché de la vidéo à la demande fin 2006, avant de déchanter un an plus tard, et de mettre fin au service.

(Neteco)

Tags: , ,