La “Carte Musique Jeunes”

E-administration, Netéconomie, musique 27 octobre, 2010

Utilisable sur iTunes, Amazon MP3 et plusieurs autres distributeurs, elle permet de faire bénéficier aux jeunes de 13 à 25 ans d’une remise de 50% sur leurs téléchargements musicaux.

A noter que la carte permet de panacher les offres de plusieurs plates-formes ou formules différentes, par exemple :
“un abonnement à dix euros sur une plate-forme de streaming ainsi que deux souscriptions à des formules de téléchargement à vingt euros chacune coûteront vingt-cinq euros au lieu de cinquante.”

Il est possible d’obtenir des cartes de 5 €, 10 €, et 25 € sur le site carte-musique.gouv.fr

B. PREGENT

Tags:

Neuf Cegetel sur tous les fronts

Internet 15 septembre, 2007

Le FAI va proposer Neuf TV Selection et Neuf TV Grand Spectacle, pour respectivement 10,90 et 19,90 euros mensuels, le tout en complément de son offre gratuite.

Neuf Cegetel est sur tous les fronts à l’occasion de cette rentrée. Après la musique illimitée, le voici sur le terrain de la télévision. Le FAI vient de mettre à jour ses boîtiers TV HD pour en faire de véritables Media Center. Et lundi 3 septembre, il annonce le lancement de deux bouquets de télévision sur ADSL, bouquets thématiques et payants.

Ceux-là viennent compléter le bouquet de base inclus dans le forfait triple play à 29,90 euros. Le premier, Neuf TV Selection, facturé 10,90 euros par mois, vise la famille dans son ensemble, avec trente chaînes pour la jeunesse (Boomerang, Tfou, Piwi, etc.), sur le sport (ESPN Classic, Sport+, Eurosport, etc.), la musique (MCM, Trace TV, etc.), la découverte (Odyssée, Escales, etc.), le divertissement (Fox Life, AB1, etc.) et l’information (BBC News, Euronews, etc.).

L’ensemble de ces programmes est disponible sur l’ADSL, à l’exception d’Eurosport, diffusée uniquement sur la TNT en Mpeg-4 et dont la réception nécessite le décodeur Neuf TV HD.

Gratuité pour tous jusqu’à la fin de septembre

L’autre bouquet est proposé à deux tarifs. Pour 15,90 euros, les abonnés s’offriront toutes les chaînes de Neuf TV Selection, auxquelles s’ajoutent CinéCinéma Star, CinéCinéma Culte, CinéCinéma Classique, Action, Ciné FX et Ciné Polar. Pour quatre euros supplémentaires, les chaînes pour adultes Dorcel TV et XXL (accès avec code parental) complètent le tout.

Le FAI indique que tous ses clients auront accès gratuitement à ces chaînes (sauf celles pour adultes) jusqu’au 30 septembre. Ceux qui regardent la TNT via leur boîtier Neuf TV pourront donc suivre certains matchs de la Coupe du monde de rugby non retenus par TF1 et diffusés par Eurosport. A noter enfin que ceux qui souscriront à l’un des deux bouquets se verront offrir le mois d’octobre.

Alice promet de la musique illimitée à la fin de 2007

Le téléchargement de musique illimité et légal : c’est la nouveauté des FAI pour cette rentrée. Après Neuf Cegetel (avec Universal Music), après Free (avec Deezer.com), c’est au tour d’Alice d’annoncer l’arrivée d’un service de téléchargement musical légal à destination de ses abonnés, pour la fin de l’année.

L’objectif d’Alice serait de proposer une offre plus large que celle de Neuf Cegetel, dont le catalogue se limite à celui d’Universal Music (soit 150 000 titres). « Car pour qu’une offre de téléchargement légal réussisse, il faut un nombre de titres et une qualité presque équivalents à “l’offre illégale” », indique Frédéric Saint-Sardos, qui sous-entend que l’offre sera gratuite.

Il y a quelques jours, Orange avait lui aussi dévoilé ses ambitions dans le domaine de la musique. Son service est annoncé pour le début de l’année prochaine et combinera du téléchargement illimité sur Internet et sur les mobiles. Free a indiqué à l’AFP qu’il planchait aussi sur un service de téléchargement de musique « maison ».

Tags: , ,

La traque aux internautes va commencer

E-administration 15 mai, 2007

Le Conseil d’État autorise la mise en place de dispositifs qui détecteront, à leur insu, les internautes mettant à disposition des fichiers musicaux sur les réseaux peer-to-peer. Au-delà de 50 fichiers partagés toutes les 24h, ils seraient contrôlés.

La chasse aux pirates des réseaux peer-to-peer est virtuellement ouverte. Le Conseil d’État a annulé le 23 mai une décision de la Cnil, dans laquelle elle refusait la mise en place de «dispositifs permettant la détection automatisée des infractions au code de la propriété intellectuelle et l’envoi de messages de sensibilisation aux internautes».

Une demande en ce sens avait été faite en 2005 par quatre sociétés d’auteurs et de producteurs de musique, dont la Sacem et la SCPP. Dans son refus, la Cnil avait estimé que leur proposition constituait une réponse disproportionnée à l’ampleur du piratage.

La plus haute juridiction administrative française ne partage donc pas cet avis, excepté sur un point: la demande d’envoi de messages de sensibilisation aux internautes jugée irrecevable. Cette pratique sous-entend que les sociétés d’auteurs récupèrent auprès des FAI, les adresses e-mails correspondant aux adresses IP d’internautes violant le droit d’auteur, qu’elles auraient repérées.

Poursuites au civil comme au pénal

Or, selon le code des postes et télécommunications (article L.34-1), la constitution d’un tel fichier nominatif ne peut être réalisé en dehors d’une procédure judiciaire. Exit donc la possibilité d’envoyer des messages d’avertissement.

Paradoxalement, la décision du Conseil d’État favorise l’étape répressive. Une fois détectés par un dispositif logiciel, les pirates pourront être poursuivis au civil ou au pénal sur la base des éléments collectés.

Les sociétés d’auteurs sont donc habilitées à redéposer leur demande à la Cnil.

Surveillance accrue au-delà de 50 fichiers mis à disposition

Leur proposition initiale prévoyait que la mise à disposition de 50 fichiers musicaux, pendant une période de 24 heures, entraînerait un simple message d’avertissement. Une étape aujourd’hui supprimée.

Au-delà de 50 fichiers, le dispositif passe à un niveau de surveillance supérieur : l’internaute repéré fait l’objet d’un «contrôle renforcé» pendant 15 jours. Au terme de cette période, les internautes ayant gratuitement mis à disposition de tiers entre 500 et 1.000 fichiers musicaux «ont vocation à faire l’objet de poursuites devant le juge civil». Ceux ayant mis à disposition plus de 1.000 fichiers sont «susceptibles de faire l’objet de poursuites pénales».

Tous les fichiers ne seraient pas surveillés, puisque sera utilisée une base de données de 10.000 titres musicaux sélectionnés par les sociétés d’auteurs dans leur catalogue, et réactualisés par tranche de 10% tous les mois.

Une base de 10.000 titres musicaux

Les opérations de surveillance seront confiées à des agents assermentés exploitant un ou plusieurs logiciels, couplés à la base de données. Ces programmes sont paramétrés pour rechercher les échanges de fichiers réalisés sur quatre principaux réseaux P2P (a priori : eDonkey, Kazaa, BitTorrent et SoulSeek).

Ils se connectent sur un réseau P2P en se présentant comme un utilisateur, et traquent les fichiers musicaux contenus dans la base. Une fois ces fichiers trouvés, ils collectent les adresses IP des internautes les proposant. Un rapport détaillé fournira ensuite les adresses de ceux mettant à disposition des volumes conséquents.

Les premiers chiffres de l’adresse IP permettent de retrouver le FAI, lequel sera contacté pour qu’il transmette l’identité d’un pirate dans le cadre d’une procédure judiciaire, bien entendu.

Tags: , ,