Démarrage en douceur du disque haute définition Blu-ray, successeur du DVD

Les écrans, technologie 24 décembre, 2008

Devenu en début d’année le standard mondial en matière de disque haute définition, le Blu-ray, successeur du DVD, n’a pas réussi à s’imposer au pied du sapin de Noël, la crise et des prix élevés freinant son adoption.

Le 18 février 2008, le format de DVD de nouvelle génération Blu-ray de Sony, qui promet une meilleure qualité d’image, remporte la lutte qui l’oppose depuis plusieurs mois à la technologie HD-DVD de Toshiba.

Mais près d’un an plus tard, le raz-de-marée prédit par certains n’a pas eu lieu.

“C’est un marché encore petit”, estime Michaël Mathieu, analyste de l’institut d’études GfK, et la conversion à ce format sera “plus longue que ce qu’on a connu en 1995-97 avec le passage de la cassette vidéo VHS au DVD”.

Les ventes de lecteurs de salon Blu-ray, si l’on exclut les consoles de jeu vidéo PlayStation 3, n’ont pas encore décollé : elles sont attendues à quatre millions en 2008, selon les chiffres de Strategy Analytics, soit loin derrière les lecteurs standard (111 millions). En France, la réalité sera certainement en dessous des 130.000 unités prévues en juin par GfK.

Même constat du côté des disques Blu-ray qui ne représentent que 2% environ des titres commercialisés.

“La cible n’est pas la même” que lors de l’apparition du DVD, explique M. Mathieu : “On touchait alors l’ensemble des foyers qui avaient une télévision, aujourd’hui il faut avoir un écran haute définition pour y avoir accès, ce qui divise déjà le public au minimum par trois”.

Et si la haute définition procure plus d’émotions, selon une étude scientifique récente, l’écart de technologie saute moins aux yeux qu’entre le VHS et le DVD.

Autre frein à son développement : la crise actuelle. “Nous pensons que le climat économique va ralentir la transition vers le Blu-ray”, souligne Helen Davis, en charge du département vidéo au sein du cabinet britannique Screen Diges.

“Les gens vont reporter leur achat sauf si leur lecteur de DVD tombe en panne, et même dans ce cas ils pourraient choisir de dépenser plutôt 50 euros dans un lecteur basique”, ajoute-t-elle.

Les lecteurs Blu-ray, aussi capables de lire les “vieux” DVD, sont encore chers: en Europe, il faut compter près de 300 euros en moyenne pour s’en offrir un, contre moins de 200 dollars (143 euros) aux Etats-Unis.

S’il est difficile, selon les analystes, de se baser sur 2008, quasiment année zéro du Blu-ray, pour se livrer à des prédictions, 2009 sera en revanche déterminant.

“Le marché devrait largement plus que doubler”, estime, confiant, Arnaud Brunet, secrétaire général de l’association Blu-ray Partners France: “nous constatons déjà une accélération, notamment aux Etats-Unis”, où “Iron Man” et “The dark knight, le chevalier noir”, dernier opus des aventures de Batman, ont connu des ventes record.

Quant aux nouveaux moyens de distribution des films, comme la vidéo à la demande, ils ne constituent pas, selon lui, une menace immédiate. “Les consommateurs sont encore très attachés au support physique”, assure-t-il.

D’après Screen Digest, les Français ne consacreront d’ici 2012 que 2% de leur budget à l’achat de films par internet.

Pour autant, selon Toshiba, perdant de la guerre des normes et donc contraint à un virage stratégique radical, la “dématérialisation” est une évolution inéluctable.

“J’ai le sentiment” que le Blu-ray “n’est qu’une étape”, pronostique François Séguineau, directeur général de la filiale française, convaincu que les coffrets et lecteurs DVD feront bientôt partie du passé.

JDN

Tags: , , , , , ,

Blu ray : Toshiba capitule devant Sony

technologie 15 février, 2008

L’annonce met fin à une guerre de trois ans, Toshiba et Sony ayant échoué à lancer un format unifié en 2005. Toshiba a annoncé au cours d’une conférence de presse organisée le 19 février dernier à Tokyo, le retrait de son format optique dédié à la haute définition du marché (HD DVD).

Toshiba indique qu’il cessera progressivement ses livraisons de lecteurs HD DVD jusqu’à la fin du mois de mars, date à partir de laquelle il ne fabriquera, ni ne développera, plus de nouveaux lecteurs. Toshiba s’engage toutefois à assurer le suivi des produits déjà présents sur le marché, notamment en termes de service après-vente.

Cette annonce est un coup dur pour les partenaires de Toshiba, et tout particulièrement pour ceux qui avaient choisi d’accorder une confiance exclusive au HD DVD. Les studios Universal et Paramount risquent maintenant de se tourner vers le format Blu-ray, alors que la rumeur prête déjà à Microsoft l’intention de proposer un lecteur externe à ce format pour sa console Xbox 360. Toshiba, pour sa part, affirme dans un communiqué son intention de ” maintenir sa collaboration avec les sociétés ” ayant participé au HD DVD.

Sony remporte donc ici une large victoire, pressentie depuis le début du mois de janvier avec les défections successives de Warner, de Netflix et de Wal-Mart. La victoire du Blu-ray devrait donner un coup de fouet au secteur du DVD nouvelle génération car il clarifie la situation pour les consommateurs qui hésitaient entre les deux formats… à condition toutefois que Sony joue le jeu au niveau des tarifs.

Tags: , , ,

Vidéos HD sur DVD traditionnels

technologie 15 novembre, 2007

Toshiba commercialisera dès le mois de décembre au Japon le Vardia RD-A301, premier appareil capable de graver du contenu HD sur un DVD vidéo de première génération.

Cet équipement exploite le procédé « HD Rec», standardisé en septembre dernier par le consortium DVD Forum.

Il permet de compresser une flux haute définition vidéo pour qu’il soit encodé sur un DVD-R/RW/RAM, en utilisant la même structure qu’un HD-DVD (même interface HDi et même système de fichiers). Ce système est censé permettre de stocker 2 heures de vidéos, avec une qualité proche d’un HD-DVD, sur un disque traditionnel de 4,7 Go.

Outre cette nouvelle fonction de gravure, le Vardia RD-A301 est bien entendu aussi un lecteur de HD DVD ; il dispose d’un disque dur de 300 Go pour enregistrer les vidéos, notamment avant de les graver. Il sera commercialisé au Japon à moins de 100 000 yens (environ 600 euros). Aucune date n’est pour l’instant annoncée pour son éventuelle disponibilité en Europe.

Tags: , , ,