Bientôt la sortie du Gphone

Technophiles, Téléphonie 15 septembre, 2007

L’éventuel futur Google Phone continue de faire parler de lui. Le temps passant, les rumeurs se font de plus en plus précises. Google serait en pour-parlers avec HTC, afin de choisir les spécifications exactes du GPhone. Google serait en train de choisir entre 20 modèles différents.

Les fonctionnalités du GPhone seraient intéressantes, avec une intégration poussée des services Google comme Google Maps (rendu vraiment fonctionnel grâce à un GPS intégré), Google Calendar ou Gmail. Google Talk, l’application de VoIP serait aussi intégrée, ce qui signifierait un accès Wi-Fi à internet. Selon la même source le système d’exploitation retenu serait Windows Mobile 6. La sortie du GPhone serait bien prévue pour le premier trimestre 2008.
Rentrée 2007

Tags: ,

Imac dernière génération

technologie 15 septembre, 2007

Après le lancement de l’iPhone le patron d’Apple, Steve Jobs, a présenté l’iMac dernière génération. Quatre modèles sont proposés avec des écrans de 20 ou 24 pouces.

C’est une construction à base de verre et d’aluminium recyclable. Pour sa nouvelle collection, l’ordinateur personnel grand public a troqué sa coque de plastique blanc, pour une armure d’aluminium au design encore plus épuré.

La taille de l’écran, qui abrite aussi l’unité centrale de la machine, est de 20 ou 24 pouces. Le modèle de 17 pouces disparaît de la gamme.
Le prix du premier modèle est à 1 199 euros TTC.

L’ensemble s’accompagne d’ un clavier ultra-fin (avec fil et port USB 2.0, ou sans fil en mode Bluetooth), qui fait de l’iMac l’un des plus beaux ordinateurs présents sur le marché. Désormais équipé du processeur Intel Core 2 Duo (à 2 GHz en version de base), l’iMac embarque dans sa plus petite configuration une carte graphique ATI Radeon HD 2400 XT (à 128 Mo de mémoire), un disque dur d’au moins 250 Go, ainsi qu’un lecteur-graveur de DVD (Superdrive double couche 8x). Le modèle, équipé d’un écran de 24 pouces, est vendu à partir de 1 749 euros, avec un disque dur de 320 à 500 Go et une carte graphique plus performante.

iLife 08, une suite logicielle tout-en-un

Parallèlement à cette annonce, Steve Jobs, le patron d’Apple, a également insisté sur la suite logicielle iLife, désormais composée de iPhoto (retouche photo), d’iMovie (montage vidéo), de Garage Band (pour les musiciens), d’iDVD (édition et gravure), mais aussi d’iWeb (création de sites) et de la galerie WebMac (partage de contenus en ligne).

Le service d’hébergement de données d’Apple voit sa capacité de stockage passer de 1 à 10 Go, pour 99 euros par an.

Tags: , , ,

Streaming et VOD pour Gaumont

Internet, Vidéos internet 15 septembre, 2007

Le producteur discute avec les plates-formes pour proposer une centaine de titres à la rentrée. Il était jusque-là réticent à la vidéo à la demande.

Même s’ils ont été présents quelques mois - à titre de test en 2006 -, les films Gaumont font figure de grands absents sur les plates-formes de vidéo à la demande (VOD) en ligne. Mais à la rentrée 2007, le producteur rectifiera le tir : une première sélection de cent films de son catalogue sera mise en ligne, anciens titres comme nouveautés, grands succès comme échecs commerciaux en salle (La Boum, OSS 117, Hôtel de la Plage, La Gloire de mon père, Un taxi pour Tobrouk, Quelques messieurs trop tranquilles, etc.). « Jusque-là, on estimait que le marché n’était pas structuré, explique-t-on chez le producteur. Mais devant la volonté des pouvoirs publics, notamment dans la lutte contre le piratage, il est temps que Gaumont s’y mette. »

Pendant le quatrième trimestre 2006, Gaumont avait fourni aux plates-formes (TF1 Vision, CanalPlay, Orange, Club Internet, VirginMega, France Télévisions, etc.) six titres - Les Visiteurs, Les Rivières pourpres, Palais royal, Il était une fois dans l’Oued, La Folie des grandeurs et Léon - et en avait tiré un premier enseignement. A savoir, un vrai impact sur les volumes de consommation des plates-formes fondées sur les box des FAI. Parce que le programme est regardé sur le téléviseur et non pas sur un écran d’ordinateur. Et parce que la VOD bénéficie de la puissance marketing et du savoir-faire des FAI (newsletters, informations par e-mail, etc.) auprès d’un parc de consommateurs d’une certaine manière captifs, c’est-à-dire leurs abonnés ADSL. Ils n’ont pas besoin d’aller les chercher.

Un contexte plus favorable

Les négociations sur la VOD avec les FAI, qui devaient reconduire le premier accord de 2005, sont toujours au point mort. Mais un autre élément est venu jouer en faveur du déblocage : l’annonce, à l’issue du conseil des ministres du 25 juillet dernier, de la création d’une commission pour développer les offres légales de téléchargement.

Dans la foulée, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a adressé le 1er août une lettre de mission à la ministre de la Culture, Christine Albanel, publiée sur le site Internet de l’Elysée. Il lui demande, entre autres, de « [favoriser] la mise à disposition du public d’offres commerciales attractives de musique, de films et de toutes les formes de créations enregistrées sur les nouveaux réseaux fixes et mobiles. La chronologie des médias doit poursuivre son adaptation. Vous inciterez les titulaires de catalogues à numériser leurs oeuvres et à les distribuer sur tous les supports ».

La révision de la chronologie des médias était justement l’une de revendications des FAI, qui voulaient pouvoir proposer des films en ligne en même temps que leur sortie en DVD. D’ores et déjà, Gaumont a revu les choses. Ses films seront en location sur Internet trente jours après la publication des DVD (alors que l’accord datant de 2005 prévoyait un délai de plus de deux mois).

Le producteur n’interdit pas un alignement de la VOD sur les DVD mais, dans ce cas, il demandera aux plates-formes une rémunération majorée de 25 %. Hormis ce cas particulier, Gaumont pratique les mêmes tarifs auprès de tous les distributeurs en ligne, soit une rémunération minimale de 1,60 euro par nouveau film et de 1,20 euro pour un titre de catalogue.

Le producteur prévoit également un mécanisme de « rémunération minimale garantie en fin d’exploitation ». C’est-à-dire que si, une fois la période d’exploitation des oeuvres terminée, les revenus perçus par Gaumont sont en dessous d’un seuil prédéfini, l’opérateur compensera le manque à gagner.

La sélection des films proposés sera en effet renouvelée. « Nous sommes contre le concept de vidéothèque éternelle numérique, précise-t-on au sein de Gaumont. Cela s’appelle dormir sur les rayonnages. Or une oeuvre, ça se travaille, on la met en avant. » Le producteur est notamment favorable à la constitution temporaire de packs de films, à l’occasion d’un événement particulier (décès d’un acteur par exemple), mais refuse les formules d’abonnement, qui reviennent, selon lui, à faire de la télévision. Enfin, d’ici à 2008-2009, Gaumont compte fournir 30 % de son catalogue en haute définition. Une trentaine de films ont déjà été encodés en HD.

Tags: , , , ,